Franchir le cap

Publié le par Richard GOSSIN

Vous êtes nombreux à rechercher des informations sur comment supprimer un découvert bancaire. Découvrir, lire et essayer par soi-même de s'en sortir.

Pas facile pour autant de s'en sortir seul. 

Certains s'en remettent alors à leur banquier qui consent à augmenter le découvert en vous demandant de dépenser moins. Au final cela augmente également les frais et vous devez payer toujours plus alors que vous n'en avez pas besoin. 

Le découvert est un cercle vicieux. Plus le découvert augmente, plus vous devez payer pour cette facilité de trésorerie. Vous avez beau reprendre vos lectures sur comment se sortir de cette situation, ca ne marche pas.

Franchir le cap : allez vous y arriver ?

Franchir le cap : allez vous y arriver ?

De surcroît vous faites un blocage. Demander de l'aide ? Non pas moi. Et puis parler d'argent avec quelqu'un ? Hou la, surement pas, après tout le monde va connaitre ma situation.

Ces deux dernières phrases sont le reflet de ce que me rapportent mes clients lorsqu'ils me contactent. Je n'osais pas appeler et puis je n'en peux plus de cette situation, je vous appelle pour une solution. Mais ca a été très dur de vous appeler.

Il y a toujours une solution pour se sortir d'une difficulté financière mais plus vous attendrez, plus cela risque d'être difficile.

Plus vous creusez la dette, plus elle sera longue à rembourser. Il faut donc prendre les mesures le plus vite possible pour ne plus être sous la pression de l'argent. N'hésitez pas à franchir le cap, tous mes clients qui l'ont fait ont passé un moment délicat de remise à plat de leurs finances mais quel soulagement ensuite. Leur argent est maintenant géré, ils savent où ils en sont financièrement et ont un interlocuteur pour avancer à leur côté.

Plutôt que de dépenser plusieurs dizaines, voire de centaines d'euros par mois dans des frais bancaires et de n'avoir jamais d'argent, vous aussi faites vous coacher.

Publié dans Gestion des comptes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article