Crowdlending

Publié le par Richard GOSSIN

La sphère financière propose depuis le 01 octobre 2014 un placement qui consiste à financer les entreprises par des particuliers. Le Crowdlending (prêt par la foule dans la langue de Churchill) est le nom délicat donné à cette pratique qui consiste à réunir plusieurs préteurs via une plateforme de financement participatif.

Point sur la situation.

Vous découvrez par une publicité ou un conseil qu'il est possible de financer des entreprises que vous aurez sélectionnées en contrepartie d'un taux d'intérêt alléchant. C'est bien le Crowdlending dont il s'agit. En clair, vous devenez un banquier qui prête à ses clients. Pour ce faire, il est nécessaire de s'inscrire sur une des plateformes qui va vous proposer plusieurs projets à financer.

Ces projets ont été soigneusement sélectionnés par les plateformes qui regardent les bilans et contrôlent la capacité de remboursement de l'entreprise qui emprunte. Le risque qui pèse sur ces dossiers est donc regardé et il ne vous reste plus qu'a investir pour récolter les intérêts du prêt que vous accordez à l'entreprise de votre choix. Le plafonds fixé est de 1 000 euros par projet. Vous avez la possibilité de multiplier les projets.

 

Crowdlending : le ciel est il bleu pour votre argent ?

Crowdlending : le ciel est il bleu pour votre argent ?

Les taux vont de 4 à 10%. Nous sommes dans le haut du panier des rémunérations proposées en ce moment. Les remboursements de l'emprunteur sont crédités tous les mois sur le compte de la plateforme jusqu'au remboursement complet. Si ce type de placement semble parfait lorsque tout fonctionne bien, il convient de regarder aussi les risques qui l'entourent avant de se lancer.

Les risques.

En matière de crédit, le 1er risque est de ne jamais revoir l'argent qu'on prête. Maintenant que c'est vous qui jouez les banquiers, vous allez comprendre pourquoi ce dernier est si exigeant lorsqu'il prête de l'argent.

Les entreprises peuvent toutes être amenées à faire faillite. C'est ce qu'on appelle le taux de défaillance des entreprises. Lorsque les conditions économiques sont bonnes, les entreprises gagnent de l'argent et remboursent bien leurs crédits. Lorsque les conditions se détériorent le taux de défaillance augmente. Les faillites se multiplient et les crédits sont moins bien remboursés. Les raisons de ces arrêts d'activité sont diverses et variées. La conséquence est qu'il n'y a plus personne pour rembourser.

Vous venez de prêter votre argent à quelqu'un qui vient de mourir dont on a refusé la succession. Que se passe t'il dans ce cas ?

 

Le risque c'est comme le feu, quand ca brule ca fait mal.

Le risque c'est comme le feu, quand ca brule ca fait mal.

Et bien l'argent qu'il reste à rembourser est intégralement perdu. Reset sur votre placement. Si le crédit est sur 7 ans et que l'emprunteur disparaît au bout de 2 ans, il vous manquera 5 années de remboursement. Bien sur, c'est pour cela qu'il est conseillé de souscrire à plusieurs projets pour amortir une défaillance car les garanties sont faibles ou inexistantes selon ce qui est proposé.

Le second point est celui de la liquidité. Le prêt est bloqué jusqu'à la conclusion de celui-ci, il ne faut pas escompter revoir son argent avant l'échéance finale sauf remboursement anticipé de l'emprunteur. Comme il n'existe pas de second marché actuellement pour revendre vos prêts, vous ne pourrez pas récupérer votre argent même si vous en avez besoin.

Un peu de fiscalité.

La fiscalité applicable comporte le duo CSG-CRDS ainsi que le paiement de l'acompte à l'impôt sur le revenu

Une bonne nouvelle sur ce plan, la loi de finance rectificative permet la compensation entre les pertes d'un financement et les gains des autres projets.

Vous voila donc avec toutes les cartes en main. Etes vous prêts à placer dans le Crowdlending ?

Publié dans Placements

Commenter cet article