Acheter des actions vous-même ou déléguer la gestion

Publié le par Richard GOSSIN

Nous avons vu comment placer en bourse en pratique mais nous n'avons pas encore évoqué ce qu'il fallait acheter.

Pour ce sujet, il faut retenir deux options : soit acheter des actions directement, soit passer par une société de gestion.

Acheter des actions vous-même ou déléguer la gestion

Acheter des actions vous-même ou déléguer la gestion

L'achat d'action vous-même parait la solution la plus simple.

Vous achetez une action, vous touchez les dividendes et lorsque le cours va plus haut vous pouvez revendre avec une plus value. Voici un scénario qui plaît mais dans la réalité, c'est plus complexe. La société peut faire face à un scandale et le dividende n'est plus payé, le dirigeant change et le nouveau patron coule gentiment la société, un crack boursier arrive et tout s'effondre. Ah oui, maintenant que vous êtes devenus actionnaires, les catastrophes boursières ce n'est plus que pour les autres...

En clair, la bourse n'a que deux sens monter et descendre. Le problème c'est d'acheter l'action qui va aller dans le bon sens et vous enrichir.

Prenons le cas récent de la société Peugeot. Belle société qui verse des dividendes à la famille du même nom puisque qu'actionnaire de la société. En 2007, la société côte 51,85 euros et verse un dividende de 1,5 euros à l'année soit un rendement de 2,89%. C'est bien plus que votre livret A cette année.

Une belle société solide avec des actionnaires familiaux intéressés aux bénéfices. L'affaire semble belle pour investir son argent. Sauf que la crise passe par là. Le dividende est supprimé en 2008 et 2009. Les problèmes continuent, la société ne gagne plus d'argent, le dividende est de nouveau supprimé en 2011 et le cours de bourse tombe à 4 euros en 2013. Celui qui a investit en 2007 a perdu beaucoup. Pas de rendement depuis 2008 (sauf en 2010). Et surtout, la valeur de son placement a baissé de 90% en 2013. Cette belle action qui avait l'air si lucrative se révèle plus compliquée que prévu car, en réalité, elle a appauvrie considérablement ses actionnaires.

Chaque erreur dans le choix des vos actions peut se révéler très couteuse, il faut donc bien analyser les sociétés que l'on va acheter afin de trouver la pépite qui va délivrer du rendement et un cours de bourse qui s'envole.

 

 

 

Acheter des actions vous-même ou déléguer la gestion

En 2007, un bon choix aurait été Plastic Omnium, le cours était de 4 euros et il a dépassé les 30 euros en 2016. Ajoutez les dividendes annuels et vous avez compris qu'il était possible de s'enrichir.

Il est donc intéressant d'acheter des titres en direct en prenant les précautions nécessaires afin de réaliser les bons choix. De nombreux conseils circulent sur les journaux et internet. Tous ne sont pas gagnants, il est plus sage de vous former et de vous faire votre propre opinion.

Si vous ne vous sentez pas à l'aise pour chercher les titres dans la côte, il est possible d'investir sur les marchés actions via une gestion déléguée. Il existe de nombreuses sociétés de gestion qui proposent de gérer vos avoirs. Cela peut prendre la forme d'une gestion sous mandat avec une banque ou un établissement qui propose ce service. Cette solution est réalisable à partir d'un certain montant selon l'établissement qui la propose.

Ce peut être également le choix d'un OPCVM dans votre portefeuille. Un gérant s'occupe du portefeuille d'une SICAV ou d'un FCP dont vous achetez des parts. Il gagne et vous gagnez en tant que porteur de parts, il perd vous perdez.

L'avantage de ce système et que vous avez affaire à des gérants censés être qualifiés. Ils achètent des sociétés qu'ils analysent et adoptent des stratégies de couvertures sur les risques. Dans la pratique ces gérants ne se valent pas. La majorité n'arrive pas à battre l'indice de référence qu'ils choisissent de suivre. En revanche, quelques uns surperforment les indices et certaines SICAV affichent des performances à deux chiffres sur plusieurs années.

Si ce système paraît intéressant, il offre également un premier revers qui est son coût. Une société de gestion n'est pas gratuite. Il faut payer tous ces professionnels qui travaillent pour vous. Il y a donc des frais d'entrée, des frais de gestion, et parfois des frais de sortie ainsi que des commissions de surperformance. Tous ces frais entament la performance du fonds qui dans la majorité des cas, j'insiste là-dessus, fait moins bien que son indice de référence.

Si l'indice suivi fait +5, le gérant qui fait aussi bien que l'indice fera donc +3 avec des frais de 2% (2% restent un simple exemple parfois loin de la réalité). Il va donc falloir s'atteler à trouver le bon fonds et il y en a beaucoup. Rien qu'en France, il y avait en 2013 6700 FCP et 6800 SICAV.

 

 

Les actions sont comme les fleurs, il faut choisir les plus belles

Les actions sont comme les fleurs, il faut choisir les plus belles

Le deuxième revers est que pour obtenir des performances, les gérants sont amenés à prendre des risques. Il est possible de trouver un fonds qui affiche 40% de croissance sur une année après avoir perdu 50% l'année d'avant ou qui les perdra l'année d'après. La volatilité est également présente sur ces fonds. Il convient donc de s'assurer sur quelles valeurs le gérant est investit.

Vous l'aurez compris, acheter en direct ou déléguer la gestion prend du temps dans tous les cas pour bien se renseigner. La gestion d'actions par vous-même vous prendra un peu plus de temps par la suite mais sera moins couteuse en frais. Aucun système n'est parfait, il est aisé de mixer les deux. Tout dépend du temps dont vous disposez pour suivre vos placements. Il reste à noter que les risques sont bien présents mais c'est à ce prix que vous trouverez un rendement meilleur de vos placements.

Publié dans Placements

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gestiondevie.over-blog.com 04/04/2017 16:09

Il existe aussi des sites qui notent les gérants de fonds (http://citywire.fr/funds-and-managers) pour ceux qui voudraient déléguer. très bonne journée à vous.